Thaïlande en sac à dos

Jour 1 – Bruxelles – Bangkok

Nous partons avec un sac de 50l, un de 40l, l’appareil photo et un sac pliable acheté le matin même chez Décathlon.

Cette fois, plus d’hésitation, nous savons où aller et comment on doit faire ! Même Jéré ne sonne plus à la sécurité! Nous attendons devant la porte B11.

Nous embarquons dans notre avion de Quatar Airlines et découvrons tous les gadgets. Les sièges sont beaucoup plus petits, plus durs et il y a moins de place que dans les avions de Brussels Airlines.

Nous arrivons un peu après minuit à Doha où nous découvrons un aéroport grandiose ! Mais très vite, nous embarquons dans le second avion. Il est un peu plus petit que le premier (2-3-2 au lieu de 3-4-3).  Après le petit snack, nous essayons de dormir un peu mais ce n’est pas facile.

Jour 2 – Bangkok – Ayutthaya

Nous arrivons à Bangkok et il faut passer à la douane. Nous attendrons quasi 45 minutes pour nous retrouver face à une dame peu sympathique qui nous demande où nous allons résider. Nous avons beau lui dire que nous allons bouger, elle ne veut rien entendre. Nous noterons donc l’adresse du premier hôtel. Elle nous laisse passer et nous allons chercher nos sacs. Et là, le stress ! On ne voit pas nos bagages sur le tapis… Pourtant, nous sommes au bon endroit ! Nous faisons tout le tour et les trouvons par terre. En fait, il y a tellement de bagages que des travailleurs de l’aéroport les enlèvent  du tapis pour les mettre à côté et ainsi faire de la place pour les suivants. Ouf ! Rien ne nous manque : nous pouvons continuer ! Nous commençons à marcher mais nous avons des difficultés pour nous orienter avec le plan qui n’est pas bien fait et nous nous rendons compte que notre hôtel n’est pas très proche. Nous prenons donc notre premier tuk-tuk J. Le chauffeur nous propose 400 baths et comme on nous a dit de négocier Jéré dit « Non… 300 ! ». Le chauffeur fait la moue puis accepte. On se rendra compte plus tard qu’on aurait pu demander 100 ou 150 baths. Il faut dire que le chauffeur l’a crié à tous ses amis en thaï mais on a compris … Cependant, l’expérience fut géniale ! Ils conduisent à gauche mais surtout comme des fous ! C’est tout le temps du « pare-choc contre pare-choc ».

Nous ne voulions pas lui dire l’adresse de notre hôtel, du coup, nous avons encore marché pour y arriver. Nous nous trompons d’hôtel, heureusement une gentille dame nous emmène au bon endroit.

Arrivés à l’hôtel, la réceptionniste ne veut pas qu’on paye avec notre carte mais étant donné que les frais de change étaient très élevés à l’aéroport  nous n’avions pris que le minimum pour pouvoir payer le trajet.  Bon, heureusement elle nous indique où aller et ce n’est pas très loin. Nous revenons rapidement à l’hôtel pour pouvoir profiter de la climatisation.

Nous ressortons rapidement pour aller souper dans un petit resto conseillé par le routard : le Hemlok. Pour 8€, nous avions 2 copieuses assiettes délicieuses. En rentrant à l’hôtel, nous prenons vite une petite douche , nous nous débrouillons pour accrocher les moustiquaires et surtout, cherchons un hôtel pour le lendemain, ce que nous trouvons facilement sur booking.

Jour 3 – Bangkok – Ayutthaya

Avec les jetlag, nous ouvrons les yeux à 9h30 (on ne pensait pas dormir si tard mais c’est qu’on en avait besoin). Nous nous dépêchons de nous habiller car on ne sait pas jusqu’à quelle heure le restaurant pour le petit déjeuner est ouvert. Lorsque nous arrivons en bas, nous voyons un magnifique petit déjeuner à l’anglaise mais je serais incapable de manger cela ce matin… Je me contente donc de fruits et de toasts à la confiture. Par contre Jéré s’en donne à cœur joie : œufs, saucisses, lards, … Nous remontons en chambre pour ranger nos affaires et partons découvrir Bangkok. Nous commençons par le Wat Mahathat. C’est un centre de méditation qui abrite les reliques de Bouddha. Elles sont protégées par une multitude de statues de Bouddhas. Les reliques sont dans un chedî et autour il y a d’autres tombeaux.

Ensuite, nous allons voir le palais royal mais nous ne pouvons y rentrer. Par contre, en faisant le tour du palais, nous nous rendons compte que nous pouvons entrer dans la partie méditation mais avec l’obligation de cacher nos genoux et nos épaules. A contrecœur et en plein soleil, nous ouvrons nos sacs, enlevons nos chaussures et passons un pantalon au dessus de notre short. C’est une véritable fournaise, heureusement, l’intérieur en vaut la peine. Non seulement c’est très joli mais en plus nous rencontrons la population locale qui organise des repas à même le sol des temples.

Nous nous dirigeons vers le temple de Wat Pho où se trouve le légendaire et immense bouddha couché. Il y a beaucoup de monde mais il reste très impressionnant !

Il est midi et le soleil tape de plus belle. Je n’ai jamais autant transpiré de ma vie : je suis trempée. Notre ticket nous donne droit à une bouteille bien fraîche. Ca nous fait un bien fou ! Nous enlevons nos pantalons… Haaaaaaa… De l’air !

Il est 15h et nous avons vraiment très faim ! Nous cherchons un petit restaurant conseillé dans le routard mais nous ne le trouverons jamais. Du coup, tiraillé par la faim, nous cherchons une autre solution… En levant les yeux nous nous rendons compte que nous sommes devant un Mac Donald. Le choix était fait et en plus c’est une valeur sûre.

Il est grand temps d’aller à la gare pour prendre le train qui nous emmènera à Ayutthaya. Tout se passe impeccablement ! Lorsque nous voyons le train, nous ouvrons grand les yeux car il a au moins 50 ans : les vitres sont cassées, les portes ne ferment pas … mais il roule ! Après 2 heures de patience nous arrivons à la gare. Nous arrivons à la guesthouse une heure plus tard, trempés de sueur et personne pour nous accueillir car elle est fermée. Un client nous ouvre car il a la clé mais nous ne sommes pas plus avancés car maintenant nous sommes coincés à l’intérieur… Jéré décide de téléphoner en anglais. Une petite femme pleine d’énergie et super serviable arrive. Elle nous donne plein de conseils et nous chouchoute tant qu’elle peut. Arrivés dans la chambre, nous ne rêvons plus que d’une chose : une douche ! Mais là… pas d’eau et ce pour tout le quartier. Elle nous dit que ça devrait revenir d’ici une demi-heure. Nous profitons donc de ce laps de temps pour aller chercher quelque chose à grignoter pour le soir. En revenant, il y a de nouveau de l’eau et nous pouvons enfin profiter d’une bonne douche bien méritée J.

Jour 4- Ayutthaya – Sukhothai

Nous découvrons le Wat Mahattat qui abritait les reliques de Bouddha puis nous partons  à la découverte du Wat Phra Sri Sanphet qui est le temple le plus imposant de la ville. Il est d’inspiration sri-lankaise avec ses trois grands chedîs en forme de cloche. Nous rentrons rapidement à la guesthouse car la patronne nous laisse accès à une douche pour nous rafraîchir avant de repartir : une occasion immanquable.

Nous sommes refusé dans le premier train, celui que nous contions prendre, et ce malgré beaucoup d’insistance de notre part. Nous sommes donc obligés de prendre le suivant qui est à 15h mais du coup, nous devons attendre à la gare, nous devons vérifier que le proprio de la guesthouse suivante sera encore présent et… On devra prendre un taxi plutôt que le bus ce qui coutera plus cher. Jéré ne l’entend pas de cette oreille et essaye quand même de rentrer dans le train de 12h15 mais sans succès. Même lorsque l’on dit qu’on va s’asseoir par terre, le chef de gare ne veut rien entendre. Quitte à attendre pendant trois heures, je propose d’aller au restaurant et d’aller se faire masser

Normalement, nous avions prévu de passer à Lop Buri pour voir les fameux singes dans les temples. Après mûres réflexions nous annulons notre périple dans cette ville car c’est un détour et que nous avons beaucoup d’échos négatifs concernant ces singes.

Ca y est, il est l’heure mais cette fois le train a du retard donc nous attendons encore… Finalement, nous voici dedans, il fait très chaud mais il y a une réelle animation très agréable grâce aux vendeurs de nourriture et boissons. Nous n’osons rien acheter car ce qu’ils vendent ne nous inspire pas confiance (pourtant qu’est-ce que j’ai faim !).  La nuit tombe vite en Thaïlande. A 19h30, c’est un noir très intense. Lorsque nous nous arrêtons, nous accueillons de nombreux passagers supplémentaires  mais ceux-ci ne sont pas très commodes : ils piquent !

Un peu plus tard, une jeune fille vient nous parler, elle vient de Grèce et ses copines d’Espagne. Elles vont également à Sukhothaï et nous nous mettons d’accord pour essayer de prendre un taxi ensemble afin de faire diminuer le prix. Elles sont contentes d’avoir un homme avec elles dans cette nuit noire.

Ca y est ! Nous arrivons à Phitsanulok, nous trouvons rapidement les taxis mais ils ne sont pas assez grands pour nous prendre tous les cinq. Nos chemins se séparent déjà et nous montons dans notre taxi. Nous roulons pendant 40 minutes et le chauffeur nous dépose devant notre guesthouse. Waw ! un petit coin de paradis ! Le propriétaire nous accueille en français. Jéré lui explique que nous avons vraiment très faim et demande si le restaurant est encore ouvert. Il répond que non mais que si on aime le poulet curry, il veut bien nous préparer deux assiettes. Evidemment, nous acceptons et nous ne serons pas déçus! Selon Jéré, c’est le meilleur poulet curry qu’il a mangé. Au moment de régler la note pour les chambres, il baisse le prix de 300 baths car nous sommes belges comme le second gérant : super ! Nous découvrons une guesthouse vraiment bucolique avec des petits chemins, des petits ruisseaux, des petites maisonnettes, une piscine, …  Après avoir déposé nos affaires dans notre chambre, nous retournons rapidement à l’accueil pour manger ce délicieux plat.



Jour 5 – Sukhothai

Aujourd’hui, belle journée : nous nous levons au chant du coq car à 8h un monsieur vient nous chercher pour aller voir le Old Sukhothaï à vélo. Nous prenons rapidement un bon petit déjeuner puis découvrons le responsable « vélos » qui est belge lui aussi. Il nous emmène un peu plus loin et nous nous installons chez lui en attendant le reste du groupe ce qui nous permet de bavarder avec lui. Lorsque les deux familles qui complètent le groupe arrivent, le rythme s’accélère. Nous recevons un VTT de bonne qualité tandis que les enfants reçoivent un vélo girafe ou un wehoo. On peut dire qu’ils sont équipés !

La balade commence en rase campagne, au milieu des maisons sur pilotis et des rizières : les vues sont impressionnantes.

Nous nous arrêtons dans une ferme qui fabrique du whisky à base de riz. La guide nous  explique la fabrication et ceux qui veulent peuvent goûter. Vu l’état de la vaisselle et de l’hygiène autour de nous, nous passons notre tour ! Les restes de riz sont donnés à des cochons. C’est justement la période de la mise à bas. Une truie a même quinze petits qui se disputent pour boire du lait. C’est adorable quand c’est petit mais qu’est-ce que c’est moche quand c’est grand !

Nous remontons sur nos vélos et arrivons au Old Sukhothaï. C’est un ensemble de temples mais avec différents styles : Khmers, sri-lankais, … Il y a, à nouveau, beaucoup de bouddhas, mais ceux-ci, contrairement à Bangkok ou à Ayutthaya, ont de longues oreilles et une couette au dessus de la tête.

La visite se termine et nous allons manger dans un petit « restaurant », disons plutôt chez une famille thaï. Nous avons vraiment peur d’être malade… : ils cuisinent au milieu de la rue, l’eau est douteuse mais on a la dalle donc on mange ! C’est d’ailleurs assez bon. Disons juste que leurs nouilles sont bizarres.

Pour le retour, tous les vélos (et nous) sont chargés dans un Tuk-Tuk-camion. Il nous ramène mais à ce moment une pluie de mousson s’abat sur nous. Ouf, nous sommes à l’intérieur, enfin presque.

Revenus à la guesthouse, nous nous reposons, planifions la suite et je vais profiter de la piscine qui est chaude.

Il est l’heure d’aller souper et nous décidons de prendre un repas léger. Jéré prendra un croque monsieur tandis que moi je prendrai une soupe de riz. Pour accompagner cela, nous nous disons qu’un mojito c’est le top ! Le repas se déroule bien jusqu’au moment où nous avons une illumination : il y a de la glace et de la menthe non cuite dans notre boisson ! Trop tard … C’est trop bon et on a quasi fini J.

En sortant, le gérant nous appelle pour prendre un pousse café. Je refuse poliment mais il me sort autre chose en me disant que c’est beaucoup moins fort. Tu parles ! J’ai failli tomber raide sur le champ ! J’ai mis toute la soirée et toute la nuit pour digérer. Et lorsque je pensais au récipient qui contenait ce liquide cela me donnait des nausées…

Jour 6- Sukhothai – Chang Mai

Ce matin, le Tuk-Tuk vient nous chercher à 9h, nous bouclons donc nos sacs et déjeunons à 8h pour être prêts. Le chauffeur nous dépose à une gare de bus où nos billets sont réservés. Lorsque nous voulons prendre nos billets il y a un problème mais nous ne comprenons pas… Cette situation dure pendant 10minutes (le stress est à son comble) puis la dame nous donne nos tickets J.

Le trajet en bus se passe bien mais est terriblement long (1h30 de plus que prévu) : 6h ! Nous avons besoin de bouger, du coup, nous nous rendons à notre hôtel en marchant ce qui nous défoule et nous fait transpirer.

Lorsque nous arrivons dans notre chambre, Jéré m’a prévu une belle surprise : le lit est décoré d’une guirlande lumineuse rouge en forme de cœur, de pétales de roses et de deux cygnes faits avec nos essuies.

Le soir, nous allons nous promener au night market .

Jour 7 – Chang Mai – Happy Elephant

Ce matin, on se lève tôt car on vient nous chercher à 8h15 pour nous emmener au milieu de la jungle et de ses éléphants. C’est un peu la course car nous avons du mal à nous mettre en route mais après quelques efforts, nous voilà dans le mini bus pour 1h de route.

Nous sommes au milieu de la jungle, la végétation est dense et les « bêbêtes » bien présentes. Directement, nous allons donner  à manger à un vieil éléphant. Nous pouvons le caresser et l’observer de tout près. Nous nous sentons très petits. Le guide nous emmène un peu plus loin. Nous mettons nos maillots ainsi que les habits qu’il nous prête : ça y est nous sommes en tenue ! Nous allons couper la canne à sucre, prendre des bananes et mettons le tout dans un panier. Nous retournons au même endroit, mais cette fois, il y a quatre éléphants : la maman, son bébé, le papa et le vieil éléphant. Ils sont contents de manger et viennent prendre la nourriture avec leur grosse trompe. Juste après, un éléphant va dans son bain de boue tandis que d’autres boivent de l’eau directement à la sortie du tuyau. Ils peuvent mettre 4 à 5 litres dans leur trompe. Jéré lance même de la boue sur l’éléphant tandis que celui-ci prend de la boue et se la jette dessus.

Nous allons manger puis démarrons la dernière activité : le bain des éléphants. En « chlapettes » (tenue demandée par les guides, je descends un petit escalier pas très droit puis un sentier avec un peu de boue puis avec beaucoup, beaucoup de boue. Ce n’est pas évident, on perd l’équilibre tout le temps et entre les coups il faut laisser passer les éléphants. Cette marche est très fatigante et très glissante si bien que je finis par enlever mes « chlapettes » avec une certaine réticence…  Mais je n’ai pas le choix ! Nous arrivons à la rivière. Le guide nous propose d’aller  dans l’eau avec les éléphants. Nous ne le sentons pas trop, surtout que nous ne sommes pas en ordre de vaccins… Les éléphants s’éclatent dans l’eau surtout le petit !

Lorsque les autres participants sortent de l’eau c’est la désillusion : il y en a une qui ressort avec une sangsue sur le pied et l’autre écorchée…  Nous avons bien fait de ne pas y aller. L’aventure n’est pas finie car c’est bien de descendre jusqu’à la rivière mais après, il faut remonter ! Heureusement, Jéré est là pour m’aider…

Après ces efforts, nous nous rinçons afin de pouvoir nous rhabiller. En attendant le mini-bus, nous parlons avec des Suisses.

Attention
Cette journée a été très agréable et pleine de découvertes. Cependant, malgré nos recherches pour que ce ne soit pas le cas, les dresseurs piquaient les éléphants avec des clous qu’ils cachaient dans leur main.

Jour 8 – Chang-Mai – Bangkok – Bruxelles

Avant de visiter, nous prenons un Tuk-Tuk pour aller chercher nos billets de train.

En route vers les Hot Springs ! Nous marchons quelques kilomètres pour arriver à l’endroit où on peut avoir des « Tuk-Tuk/taxis »  moins chers. Nous en trouvons un directement mais lorsqu’on commence à parler avec le conducteur on se demande dans quoi on est tombés ! Non seulement, il ne parle pas du tout anglais mais en plus il a un look d’enfer et est très âgé. Le trajet qui devait durer une heure a finalement duré 1h30 parce qu’il en a profité pour déposer ses sacs chez des amis, du coup, il n’a pas pris le chemin le plus court. Qu’importe, nous avons le temps et nous découvrons les campagnes de Chiang Mai.

Nous arrivons aux sources chaudes, on y découvre un petit coin de paradis peu connu des touristes ce qui est bien agréable. Le revers de la médaille c’est que tout est en thaï et rien en anglais. Nous allons observer la source en question avec de l’eau qui sort à 105°C et les installations qui permettent de se faire cuire quelques œufs dans un panier. L’eau est récupérée et mise dans une sorte de canal où l’on peut tremper ses pieds. En fonction de l’endroit qu’on choisit, l’eau est plus ou moins chaude : c’est très agréable !

Nous cherchons un petit quelque chose à manger mais ce n’est pas facile car tout est en thaï… Finalement, je tente le coup dans une petite échoppe mais sans savoir réellement ce que  je commande. Pour 60 baths (-2€) nous mangeons tous les deux une crêpes avec du jambon, du bacon, de la mayo et… de la sauce tomate… C’est bizarre mais mangeable !

Après avoir bien profité, il est déjà temps de redescendre car nous devons prendre une autre sorte de taxi mais on n’a rien compris du coup le stress monte. En cherchant, nous nous rendons compte que les bus jaunes n’existent plus et qu’il faut prendre une autre compagnie. Finalement, c’est vraiment bien organisé (une fois qu’on a compris) et en plus c’est moins cher.

De retour à Chiang Mai, nous marchons de nouveau les quelques kilomètres pour retourner à la gare mais à peine en route, je me rends compte que j’ai oublié ma casquette dans le bus. Après 40 minutes d’attente, je la retrouverai.

Quelques kilomètres, quelques courses et quelques quarts d’heures plus tard, nous montons dans un train couchettes très luxueux. Nous nous installons sur la couchette du bas et commençons notre soirée avec nos séries préférées. Le souper arrive en version « avion » : de quoi se donner un avant goût.

Juste après, un employé vient nous installer : descente du deuxième lit, installation des draps et des couvertures, … Tour ce qu’il faut pour passer une bonne nuit une fois les rideaux tirés !

Vers 22h,  nous coupons nos séries, Jéré s’endort dans la seconde et moi… il me faudra plus de deux heures : merci aux jeunes Allemands qui faisaient beaucoup de bruit. Finalement, la nuit a été correcte et à 7h20 nous sommes de retour à Bangkok.

A pieds, nous nous dirigeons vers le centre ville, il est tôt mais la chaleur est déjà bien présente. Nous arrivons devant le Hard Rock Café et juste en face, il y a un établissement sympa pour prendre notre petit déjeuner. Nous profitons pleinement car après une heure de marche avec le ventre vide, ça fait du bien.

Nous nous dirigeons ensuite vers la maison de Jim Morisson, architecte américain venu pendant la guerre. Il a fait venir de la campagne thaïe six maisons traditionnelles qu’il a mises ensembles pour en faire une grande. Passionné par la culture, il a récolté un maximum de peintures et de sculptures typiques.

Nous n’apprécions pas trop cette ville car il y a beaucoup de monde, beaucoup de pollution et surtout beaucoup de mauvaises odeurs. Nous nous dirigeons donc vers l’aéroport ainsi nous pourrons téléphoner à Emeline. L’attente est longue mais tout se passe à merveille si ce n’est,  mais on a l’habitude, que Jéré sonne à la sécurité.

C’est parti : 6h de vol jusqu’à Doha puis pause de 2h et 6h de vol jusque Zaventem où les lous viendront nous chercher.

Thaïlande Sac à dos

Recevez notre cadeau de bienvenue !

DEUX documents pour organiser ses voyages

Gérer son budget et Organiser son voyage